I Should hate you but i love you - Chapitre 9

Pseudo : Mary

ish

Chapitre 9 :

J’espère qu’il a cru en mes paroles, je ne pourrai pas redire une seconde fois ce que je lui ai dit, ça serait trop dur de le faire. Depuis ce jour, un mois vient de s’écouler, il semblerait que le destin me béni car je n’ai pas eu à le revoir une nouvelle fois. Je vois seulement Kelly en cours mais je ne lui adresse en aucun cas la parole, mais il semblerait qu’elle soit différente de ce qu’elle était. Aujourd’hui je suis à la bibliothèque en train de réviser, lorsque je sens une présence s’asseoir à ma table en me demandant :

- Je peux m’asseoir, ici ?

Bien sure qu’elle peut s’asseoir, cette table ne m’appartient pas. Alors que je me replonge dans le bouquin que j’étais en train d’étudier, Kelly, oui c’est bien Kelly qui est assit à côte de moi me demande.

- Je suis désolée !

Je la regarde interdite, qu’est ce qu’elle me dit, j’ai rien à lui reprocher !

- A propos de ce qui s’est passé au lycée ! Rajoute-t-elle.

Je pose mon stylo, et la regarde avant de lui répondre :

- Kelly, c’est du passé pour moi ! Alors si on pouvait éviter d’en parler, cela m’arrangerai !

- Pourtant il le faudrait ! dit Kevin qui semble être arriver à son tour.

Kelly le regarde, pendant que je range mes affaires sans répondre. Alors que je me lève pour partir, il m’agrippe le bras me forçant à lui faire face.

- Julia, s’il te plait laisse moi t’expliquer !

Pourquoi faut il qu’il me retienne ? Pourquoi faut-il que je me perde dans ses yeux ? Que je ne me lasse pas de regarder ce visage qui me fait vivre le martyre ?

- Il n’y a rien à expliquer, Kévin ! Pour moi c’est du passé, ce qui s’est déroulée m’importe peu désormais. Tu as ta vie, elle a la sienne et j’ai la mienne. La seule chose qui nous lie est notre ancienne amitié, nos souvenirs. Mais il faut que tu comprennes que c’est du passé, et rien ne pourra changer ce qui a été fait !

Il libère enfin mon bras et sans un mot je m’éloigne d’eux alors que je sens les larmes qui me piquent les yeux. Je l’ai encore fait, j’ai encore fui son explication comme si j’avais une peur bleue de la connaître.

Depuis, il ne se passe pas une seule fois où j’ai le malheur de le croiser où il n’essaye pas de me donner une explication à son départ que je refuse toujours d’écouter en me persuadant que c’est du passé, que cela ne changera rien. Cependant pour les vacances de noël, étant donnée que je le passe de nouveau loin de mes parents comme la plupart de mes amis, nous avons décidés de nous rendre à Jackson Hole dans le Wyoming afin d’y passer les deux semaines qui nous avons à notre disposition. Pour mon plus grand bonheur, Mathieu a lui aussi des vacances, et il a accepté de m’accompagner là bas. Lorsqu’on arrive dans la résidence secondaire des parents de Lucas, Mathieu et moi déposons nos affaires dans nos chambres respectives avant de se rendre dans le salon, où se trouve Kévin et Kelly qui semblent être là depuis quelques heures. Les retrouvailles entre Mathieu et Kévin se fait dans la surprise totale, car Mathieu n’est pas au courant que Kévin est aux States. Je me suis bien caché de lui dire, étant donné que je voulais en entendre le moins parlé ! Mais je remarque mon erreur car il me lance un regard plein de reproche qui me pousse à lui tourner le dos pour me diriger vers la baie vitrée. La neige ne cesse de tomber sur le chalet et alors que j’entends en fond, la conversation entre les deux jeunes hommes, je me perds dans la contemplation du manteau neigeux. Je me demande comment va se passer ses deux semaines de vacances en compagnie de Kelly et Kévin, aurai-je assez de courage pour que ma peine ne se voit pas ? Et surtout arriverai-je à éviter Kévin le plus possible ? Alors que je suis en pleine réflexion, je sens une tête se poser sur mon épaule. Grâce au reflet de la vitre, je souris à Lucas qui me dit :

- Ma chère Julia, tu as l’air d’être tourmenté !

Non sans rire, j’aurai voulu lui dire. Tu n’aurais pas oublié de me préciser la présence du couple VIP, par hasard ? J’essaye même pas de lui dire, car je connais déjà sa réponse qui serai « Julia tu n’en a pas marre de les fuir comme la peste, et si tu essayais d’affronter le passé ?». Seulement je n’y arrive pas, je n’ai pas envie de me replonger dans l’adolescente qui avait 18 ans à l’époque et qui pour la première fois de sa vie souffrait le martyre pour une personne qu’elle aimait plus que tout. Non décidément, je n’ai pas envie de me replonger dans cette période. Je me concentre de nouveau sur la vitre, et je vois en fond, Kévin et Mathieu qui parle avec grande animation où s’échappe des éclats de rire, pendant que Kelly regarde dans ma direction. Sans un mot, j’ouvre la baie vitrée, et m’avance sur la terrasse couverte de neige. Il fait si froid et la neige tombe petit à petit sur moi. Je porte mes mains à mon visage que je tente de réchauffer avant de descendre de la terrasse pour me retrouver près du parc. J’y marche quelques pas et je sens que quelqu’un fait de même derrière moi. Je ne sais pas qui c’est mais il va le regretter ! Je m’accroupie et forme dans ma main une petite boule de neige que je lance vivement sur mon futur adversaire qui n’est d’autre que Lucas, qui à son tour riposte. De là, s’ensuit une bataille de boule de neige où tout le monde est convié à participer. Je me retrouve donc avec Mathieu et nous nous battons contre Lucas et Kévin. Les boules de neiges voltigent dans les airs, s’écrasent parfois sur son destinataire qui en renvoie une à l’envoyeur. Après vingt minutes de dure bataille, nous nous écroulons sur la neige gelée en éclatant de rire. C’est fou comme ça fait du bien de s’amuser comme des gamins.

- Alors qui c’est qu’à gagné ? Demande Lucas qui s’est déjà relevé.

- C’est nous, dis je en levant la main tout en me relevant.

- Ah ouai, tu crois ? Moi je n’en suis pas tout à fait sur !

- Et moi, j’en suis persuadée, dis je en m’approchant de lui tout en faisant de gros yeux.

Il me recopie et en espace de deux secondes, nous nous retrouvons front contre front en faisant des grimaces à notre adversaire devant nos amis hilares. Une chose que n’avait pas prévu Lucas était la boule de neige que je gardais dans l’une de mes mains qui s’écrasant sur son visage provoquant le fou rire général devant la tête ébahie de Lucas qui ne s’y attendait pas. Il me regarde avec des yeux noirs et me lance.

- A ta place, Julia je commencerai à courir ! Et il s’élance vers moi que je fuis tel un démon. Il demande aux garçons de l’aider, et je me retrouve en l’espace de deux secondes poursuivie par une bande de trois garçons. Au bout de dix minutes, je m’arrête essoufflée et Kévin en profite pour me bloquer les bras derrière mon dos, m’obligeant à subir la vengeance de Lucas qui connaît mon point faible. J’essaie de me débattre mais Kévin ne me lâche pas, alors que je vois mon bourreau s’approcher peu à peu. Il arrive vite à ma hauteur et il commence à me chatouiller. Je me tors de rire alors que Kévin me tiens toujours les bras. Lorsqu’il juge que j’en ai eu assez, il demande à Kévin de me lâcher, ce qu’il fait. Lorsque je me trouve libérée de mes bourreaux, je me jette sur le dos de Lucas, le faisant tomber à terre, et je me venge à mon tour. On se débat l’un contre l’autre et finalement il prend le dessus en me bloquant à terre.

- Tu fais moins la maligne, Julia, n’est-ce pas ?

Je le regarde sur un ton de défi et lui lance.

- Je me demande comment réagirai Meridith si elle nous voyais dans cette position ? Elle pourrai ce faire de fausse idée, ne pense tu pas ?

Il me regarde étonné et finit par rire en se levant.

- Tu n’as pas tort, elle me tuera immédiatement !

Il m’aide à me lever et je ne peux m’empêcher d’éternuer. Super j’ai du attrapé froid. On décide de rentrer à l’intérieur pour prendre nos douches respectives. Je passe la première et lorsque je retourne dans le salon habillé d’un gros pull en laine de mon frère qui me va trop long et d’un bas de jogging, Lucas me lance une pic à laquelle je réplique avant de m’installer avec une tasse de café sur le canapé à côté de Kévin qui discute de nouveau avec Mathieu. Kelly quant à elle doit être dans la salle de bain en train de se laver.

- On fait quoi ce soir ? demande Lucas à nos trois.

- Euh pourquoi on ne regarderai pas un film ? Propose Kévin.

- Ouai pourquoi pas, mais je ne sais pas qu’est ce qu’il y a ici. C’est rare que je vienne, normalement c’est mes parents et ils sont accro aux comédies sentimentales. Dit-il démoralisé alors qu’on éclate de rire.

- Riez bien, sals traîtres ! En tout cas, je vais voir.

Il nous laisse quelques instants que je profite afin d’humer le doux parfum du café. C’est fou ce que ça fait du bien d’être près d’une cheminée entouré de ses amis avec en plus une bonne tasse de café. Je sens le regard de Kévin sur moi, et je le vois sourire. C’est vrai que notre rencontre s’est faite grâce à une tasse de café et je ne peux m’empêcher de sourire à mon tour.

- J’avais raison, il n’y a que des films d’amours ! Dit Lucas en revenant avec quelques DVD.

- Du genre ? Demandai-je.

- Du genre : « autant en emporte le vent » ; « Titanic » ; « Bodyguard » ; et « Orgueil et Préjugés » !

Je frissonne à l’énonciation du dernier film, « Orgueil et Préjugés » me rappelle un souvenir commun avec Kévin.

- Vous voulez regardez lequel ? demande Lucas.

- Je m’en fous du moment qu’il est assez comique ! Répond Mathieu.

- Alors il ne nous reste que « Autant en emporte le vent » et « Orgueil et préjugés » ! Dis je.

- Tu penses que « autant » est comique toi ? Demande Lucas perplexe.

- Ben oui comparé à Titanic et à Bodyguard, désolée de le trouver plus marrant !

- Je vote « Orgueil et Préjugés », dit Mathieu, en plus je ne le connais pas !

- Ouai moi non plus, alors je vote pour lui ! Et vous Kévin et Julia ?

Il nous regarde à tour de rôle. Je me lève et me dirige vers la cuisine ma tasse à la main avant de répondre.

- Choisissez celui que vous voulez, je le regarderai !

Alors que je rentre dans la cuisine, j’entends Kévin répondre que « Orgueil » le tente bien.

On passe donc notre soirée sur le canapé avec des pizzas chaudes devant « Orgueil et Préjugés ». C’est la deuxième fois que je le regarde mais cette fois ci j’arrive à le suivre et j’explose souvent de rire comme la plupart de mes amis. Il n’y a pas à dire Elisabeth et Darcy, c’est un couple du tonnerre. Lorsque le film se termine personne n’a envie de se coucher alors nous décidons de jouer à « Action, Vérité et Chiche ». En fou rire et questions absurdes, la soirée suit son court. Mais plus la soirée se prolonge, plus les questions deviennent personnelles et Lucas met les pieds dans le plat en demandant à Kelly qui a choisit Vérité :

- Quelle est la personne que tu aimes ? Et pourquoi ?

Question idiote étant donnée que moi même je pourrai le dire, cependant la réponse me fait rire jaune.

- J’aime un Japonais, il se nomme Kyô. Les raisons qui me font l’aimer sont qu’avec lui, je suis simplement moi, sans aucun autre artifice et qu’il m’aime tel que je suis.

- FIN -

bas