I Should hate you but i love you - Chapitre 20

Pseudo : Mary

ish

Chapitre 20 :

Je suis un idiot, un véritable idiot, je suis coincé là, en haut des escaliers et j'ai entendu toute la conversation entre Julia et Kelly alors que je venais parler à cette dernière. Entendre sa voix remplie de sanglots suppliant Kelly de ne rien lui demander me rend dingue. Je la regarde le dos tourné agenouillée au plein milieu de la cour et je ressens cette terrible envie d'aller la serrer fortement dans mes bras et de ne jamais la lâcher, mais je ne peux pas. Kelly se retourne et m'aperçois alors que je lui fais signe de ne rien dire tandis que je retourne à l'intérieur du bâtiment. Je viens de recevoir ce matin même une invitation pour l'anniversaire de Julia, son père a jugé bon d'inviter toutes les familles riches de ce côté de Californie, et je ne sais pas trop si je dois y aller ou simplement refuser.

- Tu dois y aller Kévin !

Je me retourne et me retrouve face à Kelly qui semble m'avoir rejoint.

- Tu dois aller à son anniversaire.

- Pour la voir souffrir autant que je viens de le voir ? Non, je ne peux pas Kelly. Je ne pourrai pas m'empêcher d'aller l'embrasser et de la prendre dans mes bras.

- Alors tu le feras.

- Je ne peux pas, bordel ! Et le pire dans tout ça c'est qu'elle souffre et je n'en connais même pas la raison. Je n'ai pas la moindre idée de ce qu'a pu lui dire mon père. Et tout ça me rend fou car Mathieu et cet Andrew le savent, et pas moi. Je ne lui suis totalement d'aucune utilité.

- Kévin;nous devons y aller.

Son regard est plein de tristesse, et je sais qu'elle compatie pour ce que je vis. Le fait qu'elle soit enceinte m'a tellement préoccupé que j'en avais oublié ma situation avec Julia, et il a suffit que je l'entende pour me torturer de nouveau l'esprit avec. Julia je souhaiterai tellement ne plus entendre ce ton dans ta voix, j'aimerai tellement te voir sourire même si je ne suis pas à tes côtes, j'aurai tellement préféré ça pour ne pas me haïr de rester loin de toi alors que je te vois souffrir le martyre par ma faute ou celle de mon père.

- Tu t'es décidé à y aller ? Me demande Mathieu.

Nous sommes assis au bar d'un café alors qu'il ne reste plus que quelques jours avant l'anniversaire de Julia. Je soupire à cette question qui a le don de m'énerver un peu. A croire que tous mes amis se sont passé le mot.

- Je ne sais vraiment pas ! Même toi !? Tu me le demandes alors que tu m'as demandé de rester le plus éloigné d'elle pour le moment ?

Il grimace à ma réplique un peu froide, je dois bien l'avouer. J'ai l'impression d'être totalement inutile que j'en arrive à haïr Mathieu d'en savoir plus que moi sur le sujet.

- Désolé. Ce n'est pas sympa de ma part de te poser la question. Mais bon je pense que ça ferait plaisir à Julia de te voir à son anniversaire.

- Je n'en suis pas si convaincu que toi Mathieu. Elle souffre à cause de moi et de mon père, je l'ai encore vu pleurer y'a peu à cause de moi, et pour être franc ça me rend dingue.

- Allez tiens le coup Kévin, il suffit juste de patienter.

- Je sais mais petit à petit, j'en viens à me demander si ce n'est pas mieux pour elle de sortir avec ce type, cet Andrew. Au moins avec lui, elle n'aura pas à souffrir.

- N'importe quoi, rajoute quelqu'un qui prend place à notre table. Il s'agit justement d'Andrew, il porte un costard blanc et semble s'être préparé pour un rendez-vous.

Je le regarde étonné de sa réponse et il rajoute.

- Si t'abandonne, t'es un lâche.

- Et c'est toi qui me dis ça alors que c'est toi-même qui m'as dit de la laisser en paix pour le moment.

Non mais il se moque de moi ou quoi.

- Je te disais juste de la laisser respirer, et s'habituer à ce qu'elle a appris, c'est loin d'être simple. Même moi à ce moment là, j'aurai sûrement ressenti la même chose.

Sa voix est calme et posé, son regard me transperce et il rajoute.

- Et puis tu n'as pas à t'inquiéter, je ne risque pas de m'intéresser à Julia. J'ai déjà quelqu'un dans ma vie.

- Pourtant les paparazzis n'en font pas une montagne comme ils l'ont fait pour Kelly et moi.

- C'est normal, je suis depuis toujours avec elle. On est ami d'enfance donc pour eux, ce n'est pas assez intéressant. De plus, ils s'imaginent pas une seconde que nous puisons nous aimer alors que je suis connu pour être le Don Juan d'ici. Ils préfèrent me photographier auprès d'une autre fille qu'auprès d'elle.

Il se met à sourire alors que je le regarde froidement. Qu'est ce que ça peut m'énerver. Il fait le Don juan pour faire quoi ? Faire du mal à sa copine ou quoi ?

- Hé, calme toi, suite à quelque chose elle ne veut plus que je sois près d'elle, alors je fais semblant de draguer ses meufs pour la rendre jalouse.

- T'es vraiment qu'un;

- Je sais.

Je le regarde étonné alors que son regard se fait assez triste.

- Je sais, mais c'est la seule chose qui me permet de voir qu'elle m'aime toujours, malgré les mots blessants qu'elle ne cesse pas de me dire. Toi au moins Kévin, tu n'as pas à douter un seul instant de ses sentiments pour toi, car elle te veut à ses côtés alors qu'elle sait qu'elle n'a pas le droit de t'avoir, mais moi, elle refuse totalement que je sois à ses côtés, alors que j'aimerai tellement l'avoir auprès de moi. J'aimerai vraiment la soutenir, la rassurer;

- Désolé.

Je comprends, je comprends entièrement ce qu'il endure. Il vit la même chose que moi et je sais pas pourquoi mais j'arrive à mieux m'identifier à lui désormais, en plus de le trouver sympathique.

- T'inquiète. Je me battrai pour qu'elle m'accepte de nouveau, je suis loin de me laisser faire alors tu devrais faire pareil et te décider à aller à son anniversaire, c'est moi qui ai glissé le mot à son père pour qu'il invite ta famille. D'ailleurs j'imagine bien la tête de ton père lorsqu'il a reçu lui-même le carton d'invitation.

- Mon père ?

- Eh oui, je l'ai suggéré à son père en lui demandant que s'il était possible, il faudrait qu'il règle ses problèmes personnels avec lui car Julia souffre par leurs fautes. Il n'a pas d'abord apprécié que je lui fasse la morale mais dès que j'ai parlé de ce que vivait Julia en ce moment, tout en restant très évasif, il m'a dit qu'il allait faire en sorte d'y mettre un terme. En gros, j'espère que cet anniversaire va enfin pourvoir arranger les choses entre vos deux familles.

- Mais pourquoi fais-tu ça, Andrew ?

Il me sourit en se levant et rajoute.

- Car j'apprécie énormément Julia. Si je n'étais pas déjà amoureux, je te l'aurai sûrement piqué avec plaisir.

Je le regarde bouche bée et il rajoute.

- Je plaisante. En fait j'aimerai juste que le sourire qu'elle avait quand je l'ai rencontré revienne et je pense qu'il en est de même pour Mathieu, je me trompe ?

- Comment sais-tu mon nom ?

- Julia me parle souvent de toi, donc j'ai présumé que c'était toi, vu que tu sembles connaître la situation de Julia. Bon je vous laisse, je dois rejoindre des amies.

Il nous salue une dernière fois avant de s'éloigner de nous qui sommes tombés dans le silence. Je me demande vraiment ce qu'il va se passer et je ne semble pas être le seul à me le demander, Mathieu semble soucieux et murmure.

- J'ai peur de ce qu'il va arriver. Je ne doute pas des bons sentiments d'Andrew, mais;

- Tu ne penses pas que cela soit une bonne décision.

- Je ne sais pas, et puis je me demande si ton père se pointera à la fête, mais si tu y vas, c'est sur qu'il y sera et si jamais il mettait sa menace à exécution;

- Je le tuerai pour de bon.

Il me regarde super étonné par ses paroles glaciales que je viens de proférer. Oui je pourrai lui casser la tête si jamais il venait à vraiment faire du mal à Julia.

- Et je suis sérieux, Mathieu. Plus jamais, je ne lui laisserai la possibilité de lui faire du mal. Compte sur moi.

- FIN -

bas