I Should hate you but i love you - Chapitre 14

Pseudo : Mary

ish

Chapitre 14 :

Depuis nous sommes revenus du chalet, Kyô est reparti pour le Japon mais nous essayons de trouver un moyen de le refaire venir aux States pour que lui et Kelly puisse se revoir. Kévin et moi de notre côté faisons tout pour être discret, on essaye de se rejoindre dans des lieux publiques afin d'éveiller aucun soupçon. Les seules choses que nous faisons et être assis l'un à côté de l'autre à discuter tandis que nos mains se cherchent discrètement sous la table. Je mentirais si je disais que cette situation me va mais je fais avec. Je préfère être considérée comme une bonne copine que sa petite amie, ce qui conduirai pour lui à un autre exil et ça je ne pourrai le supporter de nouveau. Aujourd'hui encore, nous avons décidé de se retrouver dans la bibliothèque. Étant donné que je suis en avance, je décide de prendre un livre pour continuer le mémoire sur la littérature asiatique que j'ai à rendre à la fin de l'année. Je me dirige vers le rayon et m'y engouffre. Mes mains se posent sur les reliures et j'attrape celui qui est dans les références qu'une de mes professeurs m'a passé. Le rayon est vide et j'en profite pour le feuilleter rapidement avant de commencer à le lire. J'oublie pendant quelques minutes tout ce qui se passe autour de moi. En l'espace d'une seconde, je suis plongée dans la Chine de 800, avec ses guerres, sa civilisation. Je sens alors deux mains se plaquer sur mes hanches et une voix me murmurer à l'oreille.

- j'ai cru pendant une minute que tu m'avais posé un lapin.

Je referme mon bouquin et je me retourne vers Kévin qui me regarde en souriant. Il profite qu'il n'y ait personne pour m'embrasser furtivement et m'enlacer. Je ne repose pas son étreinte et plaque mon visage et mes mains sur son corps. On reste quelques minutes ainsi profitant de ses instants qui se font si rares jusqu'à qu'on entende des pas se diriger vers nous. On s'éloigne l'un de l'autre et on se dirige vers les bureaux après avoir récupérer nos livres de référence. On s'installe à une table et commençons à nous plonger chacun de notre côté dans nos bouquins. Rien de bien palpitant, aux yeux des autres, nous ne sommes que des vulgaires camarades qui étudions ensemble. Mais au fond, ça me fait de la peine. L'après midi passe rapidement et la nuit commence déjà à tomber, on décide de plier bagage en empruntant quelques bouquins et Kévin me raccompagne à ma voiture. Il me fait la bise étant donné qu'il y a trop de monde qui pourrait nous voir et je monte dans ma voiture. Sans rien attendre il se dirige vers sa voiture et je ne peux m'empêcher d'avoir les yeux qui me piquent. Je me mords les lèvres pour ne pas verser mes larmes et je démarre.

Lorsque j'arrive à l'entrée de mon immeuble où je me gare. L'environnement est calme et la rue presque vide. A part dans un coin près du parc je vois quelqu'un avec un appareil photo;C'est bizarre j'ai toujours l'impression que c'est le même bonhomme. Je descends de ma voiture en prenant mes affaires et rentre rapidement dans l'immeuble sans même regarder celui ci. Arrivé à l'étage j'aperçois une ombre située près de ma porte, étant donné que la lumière de mon étage est en panne, tout est sombre et je n'arrive pas à voir mieux qui sait. En m'avançant vers cette ombre, je sens mon cœur battre violement et je fini par demander d'une voix très tremblante.

- Qui êtes vous ?

- Ben, c'est moi ma chérie ! Me répond étonné une voix familière.

Je soupire soulagée, en entendant que c'est celle de mon père. Il faut dire qu'avec cet homme en bas que je vois pratiquement tous les jours, matin, midi et soir, je commence à devenir barjo. J'ouvre enfin la porte de mon appartement et laisse entrer mon père qui en profite pour allumer. Il enlève son manteau, et l'empile sur le portemanteau avant de se diriger vers le salon cuisine de mon appartement. Je fais de même et vint déposer mes bouquins sur mon bureau.

- Que me vaux ta visite, papa ?

Il s'assoit à la table pendant que je mets en route la cafetière.

- Eh bien les affaires m'ont conduites aux States et comme je passais par là je me suis dis pourquoi pas saluer ma fille adorée, ais-je eu tort ?

Je lui souris en marmonnant que non, mais que c'était rare qu'il ne me prévienne pas. D'un seul coup, son visage se durcit et me demande directement :

- Revois-tu Kévin Keller ?

Je manque de faire tomber la tasse que je tiens dans mes mains sous l'effet de la surprise. Comment peut il être au courant alors qu'on fait tout pour être discret;je préfère jouer la carte de la vérité et de voir, ce qu'il sait exactement.

- En effet, il est dans mon université et il m'arrive de le fréquenter en tout bien, tout honneur. Nous sommes uniquement amis et c'est rare qu'on se voie sans notre groupe. Mais dis-moi comment se fait-il que tu sois au courant ?

- Vous êtes seulement ami ? Julia ?

- Mais oui, je sais qu'il est sur le point de se marier avec Kelly Abbot, sa fiancée. Je ne vois vraiment pas pourquoi tu t'inquiètes !

Le café étant passé, j'en profite pour tourner le dos à mon père et servir les tasses;j'espère qu'il me croit car je ne peux pas faire mieux.

- Je préfère ça ! Je me suis inquiété pour rien alors ?

Je pose les tasses sur un plateau et les apportent au salon et lui répond dans un sourire.

- Et oui ! Tout va bien et en plus Mathieu est dans le coin. En ce moment je ne suis un peu plus heureuse donc il n'y a aucun souci.

- En tout cas fais bien attention à toi ma chérie ! Tout les médias savent que vous êtes dans la même université est je suppose qu'ils ne vont pas vous lâcher donc évite de le voir trop souvent.

Il est toujours inquiet pour moi, c'est un vrai papa poule mais je ne peux pas lui en vouloir après ce qui s'est passé avant. Cependant je ne peux m'empêcher de me demander ce qui s'est passé avec ma mère et surtout en savoir plus sur ce terrible secret qui pourrait totalement détruire ma famille. Mon père est-il responsable ou non de ça ? Non je ne peux même pas l'imaginer ! Imaginer que ce père qui a toujours fait tout pour nous, ses enfants;ça m'est totalement inimaginable !

- Au fait ma chérie ! Rajoute-t-il avant de porter la tasse à ses lèvres et par la même occasion me sortir de mes pensées.

- Ce soir je voudrais que tu m'accompagnes à un rendez vous professionnel.

- C'est-à-dire ? Dis-je intriguée par sa requête, c'est rare pour lui de me demander de venir à un rendez vous surtout concernant un entretien professionnel.

- Eh bien, je dois dîner avec un très bon client et celui-ci amène son fils. Étant donné qu'avec le temps il est devenu un bon ami, j'aimerai te le présenter si tu veux bien, bien entendu !

Je le regarde étonnée mais hausse finalement les épaules en disant :

- Pourquoi pas après tout, ça fait longtemps que je n'ai pas mangé avec mon papounet en public.

- Eh bien va te préparer, je t'attends ici, met quelque chose d'assez classe vu que nous allons dans un grand restaurant.

J'acquiesce et file sous la douche tandis que mon père bouquine un de mes bouquins en buvant son café. Trente minutes plus tard, je ressors de ma chambre, habillée d'une longue robe noir à fines brettelles, mes cheveux relevés en un chignon duquel dépasse quelques mèches. Je porte des ballerines noires très classes et je suis maquillée de façon très discrète. Mon père me félicite de ma tenue et il attrape mon manteau en prenant le sien. En sortant de l'immeuble, je ne peux m'empêcher de regarder du coin de l'œil si l'homme est toujours là. Malheureusement il est toujours là et semble regarder avec curiosité vers notre direction. Je monte dans la voiture et je ne quitte pas des yeux l'homme en question. Serait-ce un paparazzi ? Mais la vraie question que je me pose est comment ce fait-il que les médias sachent que je fréquente de nouveau Kévin ? Et surtout comment mon père a été mit au courant ? Mais avant que je ne puisse lui poser la question, nous arrivons au restaurant. Il remet ses clés aux gardiens et on se dirige vers l'entrée. On nous demande de déposer nos manteaux et nous nous dirigeons précédé par le placeur à notre table où attendent déjà deux personnes. A notre arrivée, ils cessent leur discussion et se lève pour serrer la main à mon père et la mienne. Celle du jeune homme semble s'attarder sur la mienne me forçant à lui faire face. Il a mon âge, et est blond aux yeux bleu gris, très beaux je dois l'avouer. Sa peau est assez mate ce qui fait doublement ressortir ses yeux et il a un sourire très sympathique. Je lui rends timidement le sourire qu'il m'adresse et je m'assoie sur la chaise qu'il a prit la peine de tirer pour moi. Je m'assoie donc à ses côtés tandis que nos pères semblent être déjà partis dans leur monde.

- Comme d'habitude ils ne cessent pas de parler affaires même pendant le dîner ! Dit le jeune homme d'un air démoralisé, ce qui rend ses traits masculins et matures, un peu plus enfantin et je ne peux m'empêcher de rire. Il tourne son regard vers moi et sourit.

- Au fait je me présente je m'appelle Andrew Shelford et ce qui me sert de père n'est d'autre que le patron de la banque multinationale « Shelford banks ». Tu es donc la fameuse Julia, ton père ne cesse de parler de toi, j'ai comme l'impression de te connaître depuis des années.

Sa voix et sa gestuelle sont très chaleureuses. Je le trouve vraiment très sympathique et gentil.

- Eh bien ravie de faire ta connaissance Andrew.

On commence à faire connaissance, j'apprends qu'il a 22 ans, vient de terminer ses études et travaille comme conseiller clientèle dans la banque de son père. Il a l'intention de monter petit à petit les échelons pour seconder plus tard son père. Je trouve qu'il est très modeste. Le repas se passe dans une ambiance chaleureuse, le genre d'ambiance qui me manque depuis le chalet, manger tous les soirs seule n'est pas vraiment génial. Lorsqu'on arrive vers le désert, je leurs demande de m'excuser et je me dirige vers les toilettes lorsque je percute quelqu'un sans le vouloir.

- Excusez-moi, monsieur je ne vous ai pas vu ! Dis je alors que mon regard se porte sur la personne qui n'est d'autre que Kévin.

- Ju...Julia ? Mais qu'est ce que tu fais là ? Dit-il totalement étonné.

Sans un mot, je l'attire vers un coin du restaurant et lui répond lorsqu'on est loin des regards.

- Eh bien mon père est arrivé aux States et a voulu que je dîne avec lui et ses amis, et toi ?

- Ton père est là ? dit-il paniqué et inquiet.

- Oui il est là pourquoi tu fais cette tête ?

- Eh bien mon père est là aussi ! Répond-t-il a son tour.

Oh mon dieu, pourquoi de tous les restaurants de Los Angeles, il a fallu qu'on soit dans le même restaurant. Entendant une personne arriver, il me plaque contre le mur pour ne pas qu'on puisse nous voir.

- Julia, il faut tout faire pour qu'ils ne se croisent pas, compris ?

J'acquiesce et on décide de se séparer. Alors que je suis sur le point de m'éloigner de lui, il attrape mon poignet tendrement et m'attire contre lui, je sens ses lèvres souffler sur ma nuque et il murmure :

- Tu es très belle ce soir !

Je rougis et nos regards se croisent, il dépose un doux baiser sur mes lèvres avant de partir à son tour vers sa table. De loin je peux apercevoir son père ainsi que Kelly qui semble intriguée par le visage de Kévin. De mon côté, je me dirige vers ma table et je fais semblant de me sentir fatiguée et que je souhaite rentrer.

- Ca te dérange que Andrew te raccompagne, ma chérie ? Je dois encore régler quelques affaires avec Richard !

Aie ! Je ne m'entendais pas à ça mais je ne peux plus revenir en arrière. J'accepte la proposition et Andrew et moi nous dirigeons vers l'accueil pour récupérer nos effets. Il m'aide à mettre mon manteau en parfait gentlemen et fini par me demander.

- On dirait que quelque chose te tracasse ?

Mon regard se pose sur lui et je décide de le mettre dans la confidence.

- Tu connais l'entreprise Keller et son patron ?

- En effet il m'est déjà arrivé de le rencontrer !

- Eh bien mon père et ce monsieur ne peuvent pas se voir, et le problème est qu'il est en ce moment même dans ce restaurant.

Comprenant la situation, il sort son portable et me fait un clin d'œil en disant :

- T'inquiète, je vais prévenir mon père de faire attention et de l'amener à la maison pour tout finir.

- Merci beaucoup ! Dis je totalement reconnaissante.

Il me sourit et s'éloigne de moi pendant que je me dirige vers la sortie. Deux minutes, il me rejoint disant que tout est réglé et m'ouvre la porte de sa voiture. Sur le chemin je reste songeuse, j'espère que nos deux pères ne se rencontreront pas car ça risquerait de faire des étincelles. Lorsqu'on arrive en bas de mon immeuble, il descends et m'ouvre la portière en me tendant la main. Il n'y a pas à dire cet Andrew est vraiment galant.

- Je te remercie de m'avoir raccompagné Andrew ! Dis-je en lui souriant.

Il me sourit à son tour et me dit :

- Ce fut un plaisir, j'espère qu'on se reverra bientôt !

- De même !

Il s'approche et me fait la bise puis s'éloigne en me saluant de la main. Je lui rends son bonsoir et je monte à mon appartement. Très vite je m'allonge de mon long sur mon lit et ferme les yeux. Cette journée à été peu ordinaire, tout de moins j'ai rencontré une personne bien sympathique en la personne d'Andrew et j'espère qu'on sera de très bons amis. Je finis tout de même par m'endormir habillée. Des images d'une de journaux me viennent en tête, ensuite Kévin qui me regarde avec un air dégoûté et déçu et surtout trois mots me tire du sommeil :

- je te hais !

Lorsque j'ouvre mes yeux, je suis tremblante et à la fois en sueur. Encore sous le choc de mon cauchemar je reprends petit à petit mes esprits, lorsque je comprends que quelqu'un frappe à la porte. Je me lève difficilement et j'atteins tant bien que mal la porte que j'ouvre. Lorsque mon visage rencontre celui de mon visiteur, il se fige, ce n'est d'autre que Kévin. D'un seul coup mon cauchemar semble devenir réalité et si ce que je venais de rêver était un pressentiment.

- FIN -

bas