I Should hate you but i love you - Chapitre 11

Pseudo : Mary

ish

Chapitre 11 :

- Comment ça, il est impossible de lui venir en aide? Dis-je totalement perdue.

Voyant que nos amis nous avaient devancés, Kévin me prend par le poignet et m'attire dans un café où on commande deux chocolats chauds. L'endroit est assez calme dû surement au fait, que la plupart des gens sont à cette heure matinale, soit sur les pistes, soit tranquillement installés à une table en train de se réveiller avec un bon chocolat chaud. Nous sommes assis dans un coin vide du café et lorsque nos chocolats nous sommes servis, Kévin commence à parler:

- En effet, commence-t-il d'un air sombre, il y a aucune façon de leur venir en aide, Julia. Il s'est passé la même chose qu'avec nous. Ses parents ont eu vent de l'histoire que mon père leur avait lui-même révélé et ils ont décidés de nous rapatriés au Etats-Unis pour avoir un œil toujours sur nous. Je ne sais pas comment mon père a eu vent de leur histoire, surement pas par moi vu que Kyô est mon meilleur ami mais je soupçonne un de nos majordomes. Le problème est que même maintenant Kelly et moi sommes toujours surveillés mais ils s'acharnent plus sur elle. J'ai essayé de les aidés en faisant venir Kyô ou en trouvant un plan pour qu'elle aille là bas mais rien n'y fais elle est toujours encerclés par des gardes du corps en dehors des heures de classe. C'est la première fois que j'arrive à éloigner ses gorilles pour qu'elle puisse respirer en paix. Mais dis-moi Julia, comment sais-tu qu'elle ne peut pas le voir? Me demanda-t-il finalement en finissant son monologue.

- Eh bien ce matin, j'ai par inadvertance intercepté une conversation qu'elle avait avec lui et la pauvre semblait souffrir le martyre, et je veux l'aider! Dis-je le regard franc et décidé.

- Je te reconnais bien là, murmure-t-il dans un sourire triste.

Nous nous plongeons dans un long silence, chacun plongé dans ses pensés, que je coupe lorsqu'une idée me vint enfin à l'esprit.

- Pourquoi ne pas faire venir Kyô ici? Dis-je sure que mon idée va marcher.

- C'est une idée à laquelle on avait déjà pensé mais Kyô n'a pas les moyens et même s'ils les avaient ses comptes sont surveillés comme les nôtres soit dit en passant, dit-il d'un ton démoralisé.

- Ne me dis pas qu'ils surveillent les comptes de tous ceux qui t'entoure quand même? Dis-je étonnée

- Détrompes-toi et tu es la première qu'ils surveillent de loin, à cause de notre histoire. Ils ont toujours peur que nous cherchons à nous revoir, d'où mon étonnement lorsque je t'ai revu à l'université, mais je me suis bien caché de leur faire savoir, me dit-il toujours sur le même ton.

- Si c'est mon père qui achète les billets, ils ne devraient pas le deviner, c'est commun pour lui de faire des déplacements vers le japon ou d'en acheter pour ses employées;et justement il a une filière à Tokyo;ça serait une possibilité, non?

On se regarde pendant quelques minutes et sa réponse vint appuyer ma possibilité.

- En effet c'est une bonne possibilité mais est ce que ton père voudra bien? Me demande-t-il en faisant illusion à lui.

Je lui souris à mon tour et je lui avoue que je n'ai pas non plus crié sur le toit le fait que je l'avais revu et j'ajoute:

- Il n'est pas sensé savoir que c'est pour le petit ami de Kelly, mais je peux lui faire croire que c'est pour un ami que j'ai très envie de revoir pour les fêtes car ils se retrouvent seuls;de plus il ne peut rien me refuser surtout si je lui dis que je le rembourse, finit-je dans un sourire.

- Il faudrait maintenant les appeler pour leur faire part de notre plan.

- Ok, je m'occupe de mon père, dis-je en me levant et en attrapant mon blouson et mon portable.

- Très bien de mon côté je m'occupe de Kyô!

Nous nous quittons avec un échange de sourire complice et composons chacun de notre côté le numéro de notre correspondant. Lorsque j'ai fini d'enfiler mon blouson je me retrouve dans le froid de l'extérieur pendant que mon portable compose le numéro de mon père. Je ne peux m'empêcher de penser que je viens de parler à Kévin comme si on n'avait jamais été ensemble, et sans ressentir aucune gêne ce qui me fait très plaisir;Je constate que ses moments comme celui que nous venons de passer m'ont vraiment horriblement manqué;mais mes pensés sont interrompus par la voix grave de mon père qui décroche.

- Allo papa, c'est Julia.

Notre conversation s'enchaine et après quelques questions de coutumes, je me décide d'attaquer le sujet pour lequel j'appelle;Je lui expose les faits et j'attends avec inquiétude sa réponse;lorsqu'il me la donne je suis plus que soulagée, c'est un oui et il me demande l'itinéraire pour les billets et à qui ils doivent être adressés, je lui demande de patienter et je rentre de nouveau dans le café en me dirigeant vers Kévin qui vient de raccrocher, j'en profite pour lui demander son nom et après les avoir donnés, mon père et moi raccrochons pendant que je reprends ma place à table;désormais nos chocolats sont froids et j'informe Kévin que mon père va commander les places et qu'elles seront disponible à l'aéroport de Tokyo dès qu'il aura trouvé des places disponibles et un itinéraire pour lui.

- Merci, me dit-il avec un sourire magnifique, celui qui m'a toujours fais craqué et qui continue toujours malgré, merci pour Kelly et Kyô. Tu sais, ils s'aiment vraiment et j'en suis heureux;en fait c'est faux, se reprend-t-il, au début je les ai vraiment hais, parce que Kelly m'avait éloigné de toi, m'avait arraché à mes amis et a la seule personne à qui je tenais le plus. Ma rancune était là mais lorsque j'ai vu les vrais sentiments qu'elle avait pour Kyô, je n'ai pas pu l'éloigner de lui car je savais ce qu'on pouvait ressentir. C'est ce qui nous a rapprochés Kelly et moi et finit par nous décider de se marier ensemble, finit-il en me regardant.

- Je ne saisis plus trop, Kévin, vous vous ne vous aimez pas pourtant, non?

- Tu as raison mais nous avons pris conscience que l'avenir de nos deux sociétés dépendaient uniquement de ce mariage;j'ai travaillé à l'intérieur de la boite cet été, et j'ai pu voir de mes propres yeux, les difficultés qu'avaient à traversés Keller. Des milliers d'emplois sont en jeux avec ça, nous n'avons pas le droit et nous ne voulons pas que des milliers de familles soient victimes de notre égoïsme. Certes c'est un mariage hypocrite car les deux parties trouvent leurs comptes, on va surement se faire cracher dessus mais c'est la décision à laquelle nous tenons le plus et qu'on a l'intention d'accomplir.

- Je comprends, dis-je simplement alors que Kévin s'est plongé dans le mutisme, je comprends parfaitement, si j'étais dans le même cas que le tiens je ferais surement la même chose. Donc compte sur moi pour te soutenir si tu veux bien de moi à tes côtés en tant qu'amie.

Son regard s'attache au mien et je continue.

- Il est vrai que depuis qu'on s'est revue, on ne s'est plus reparlé étant donné que nos souvenirs étaient toujours présent en moi, et que je ne voulais pas y faire face mais je tiens énormément à toi malgré tout ce qui s'est passé et je souhaite être là quand tu auras besoin d'un ami comme au bon vieux temps, dis je avec un sourire sincère en posant ma main sur la sienne, compte sur moije serai là !

Après une hésitation il pose sa deuxième main sur la mienne et murmured'une voix ému :

- Merci énormément Julia, avoir de nouveau ton amitié est la meilleure chose qui pouvait m'arriver.

Nous sommes plongés dans un silence pour une fois complice avec nos mains serrés les unes aux autres, lorsque j'entends mon portable sonner. Je le prends avec ma main libre et le lit, c'est l'itinéraire que doit suivre Kyô pour être là ce soir, je le passe à Kévin qui le transmet par voix de sms à son tour.

- Il sera donc si tout va bien à l'aéroport à 18 heures;à nous de faire en sorte d'aller le chercher, dis je,;seulement il va falloir trouver un moyen que ça ne semble pas louche.

- Il faut juste qu'un de nous deux aillent achetés des vivres et passe à l'aéroport!

- Tu t'en charges?

Il acquiesce et on décide de se rendre à notre tour sur les pistes afin de profiter de cette journée merveilleuse qui s'offre à nous.

- FIN -

bas